IN Magazine N° 196 – Mars / Avril 2021

Télécharger ce numéro Sommaire des numéros Voir la bibliothèque S'abonner à In Mag
Essentiel - Campagne de vaccination confuse... ! National - Projet «Hercule », un nom singulier pour démanteler EDF Chronologie d’une année noire sous le signe du coronavirus. International - Quelques nouvelles européennes. Territoires - Morbihan – Risques d’effondrement d’immeubles ? Dossier - Les consommateurs secouent l’hyperconsommation. Fiche pratique - Jeux vidéo pour enfants. Comment les choisir ? Quelles précautions prendre ? Culture - à lire : Atlas de l’Anthropocène. - à lire : De la démocratie en pandémie. - à voir : Barrages : L’eau sous haute tension.

Projet « Hercule », un nom singulier pour démanteler EDF

Indécosa-CGT a pris l’initiative de saisir deux autres associations (Convergence Services Publics et Droit à l’énergie SOS FUTUR) pour appeler au rassemblement contre ce projet. Pari réussi : 65 associations, syndicats et partis politiques ont répondu présents parmi lesquels la FNME-CGT, la CGT Fonction publique, la FSPBA-CGT, divers syndicats CGT, Attac, la Fondation Copernic, Droit au Logement, les Economistes Atterrés, le PCF, le PS, la France insoumise, etc.

Le groupe EDF serait divisé en trois entités dont une partie serait privatisée :
• un EDF « bleu » qui resterait public comprenant notamment la filière nucléaire,
• un EDF « vert » ouvert aux marchés pour la distribution (Enedis) et donc coté en bourse, et incluant les énergies renouvelables,
• une filiale EDF « Azur » ouvert aux marchés par150 contrats de concession des barrages hydroélectriques.

Le dépeçage rappelle celui de la découpe de la SNCF en sociétés anonymes : 3 entités (Tête, Voyage et Réseau) et 2 filiales (Gare de Connexion et Fret SNCF)……

image_pdfTélécharger cet articleimage_printImprimer cet article

2 réactions

  1. Bonjour à tous,
    Je viens de recevoir le dernier numéro de “Indecosa CGT” auquel je me suis abonné
    Personnellement, je désapprouve la revendication de la gratuité des transports.Sans faire le procès ‘intention d’uen revendication à caActère démagogique, je ne vois comment on pourrait ensuite revendiquer ensuite le salaire des tarvailleurs du transport et de plus, se protéger d’accusations de dénis de serivce de transport dont le budget serait devenu peau de chagrin au bénéfice du secteur privé.DANS L’ATTENT DE VOTRE RÉPONSE, CORDIALEMENT !

    1. Dossier IN 197 mai-juin 2021 – pages 8 à 12

      La gratuité pour le « commun » des transports

      L’objet du dossier n’est pas la défense de la gratuité des transports publics. Elle n’est d’ailleurs pas revendiquée par INDECOSA-CGT.

      Ce dossier présente un état sur le territoire de passages à la gratuité, partiel ou totale, de plusieurs villes et agglomérations de tailles très différentes et pour certaines à titre expérimental.

      Il ne présente pas la gratuité comme une solution obligatoire et définitive, mais comme un choix assumé par des collectivités locales pour améliorer le déplacement de leurs administrés, y compris des catégories les plus modestes.

      Les choix de ces villes vont de la tarification sociale, limitée pour certaines à des tranches d’âge, jusqu’à la suppression totale de la billetterie et des contrôles. La recherche de l’amélioration et de l’extension des réseaux ne menace pas l’emploi, bien au contraire, puisqu’il s’agit, avant tout, d’augmenter l’offre collective en toute sécurité et de réduire, dans la mesure du possible, les déplacements individuels.

      Les recettes commerciales représentant une faible part du financement (selon Paul Ariès…15 % en moyenne dans les petites agglomérations, 23 % ailleurs…) ces solutions nécessitent des changements dans les modes de financement. La gratuité absolue n’existant pas, les financements sont assurés par les entreprises, les collectivités et l’impôt, leurs participations sont sujets à variations selon les options politiques locales.

      Le sujet étant posé, le débat est ouvert.

      Christian Méchain, rédacteur en chef IN Magazine

      Fraternellement

      Christian Méchain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *