Santé

NON à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris avec du PLOMB 

Publié le 24 février 2022

PRÉSERVONS la SANTÉ de nos ENFANTS ! 

PRÉSERVONS la SANTÉ de TOUTES et de TOUS ! 

 

Dans le cadre de la lutte contre le saturnisme, intoxication au plomb qui fait des ravages sur l’organisme, notamment sur le développement cognitif et psychomoteur des plus jeunes et susceptible de menacer directement la santé et la vie du fœtus.

Au nom de la sauvegarde de la santé de toutes et de tous, et en particulier des enfants et des femmes enceintes, déjà exposés à la dissémination, sur plusieurs kilomètres, de poussières de plomb retombées sur Paris et les communes avoisinantes, dans les rues, les parcs et les écoles, suite à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Au nom de la sauvegarde de la santé de tous les travailleurs opérant sur le chantier de la reconstruction de Notre-Dame, fortement exposés aux risques liés au saturnisme (atteinte du système nerveux, atteinte rénale, atteinte du système cardiaque, risque d’hypertension artérielle, risque pour la fertilité, cancers gastriques, broncho-pulmonaires et des voies urinaires notamment).

Au nom même de la sauvegarde de ce monument irremplaçable et emblématique de la ville de Paris et de la France tout entière, qui ne résisterait pas de toute évidence si un nouvel incendie venait affecter sa toiture et sa flèche compte tenu de la faible résistance du plomb aux températures élevées (point de fusion à 327° Celsius).

Nous appelons les pouvoirs publics à renoncer à l’usage du plomb pour reconstruire la toiture et la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Nous appelons les pouvoirs publics à renoncer à remettre plus de 400 tonnes de plomb sur cet édifice.

Nous appelons les pouvoirs publics à suivre scrupuleusement le principe de précaution en matière d’incendie adopté par les gouvernements précédents lors de la reconstruction en cuivre (point de fusion à 1 085° Celsius) des toitures en plomb suite à l’incendie des cathédrales de Chartres, de Metz et de Strasbourg. Si le principe de reconstruction à l’identique se comprend pour garder la même forme à l’édifice, cela ne saurait prévaloir sur la santé publique, et peut se faire sans recourir au plomb. Il existe aujourd’hui des matériaux alternatifs au plomb aptes à conserver la solidité et l’esthétique de la toiture et de la flèche de Notre-Dame.

Compte tenu des enjeux de santé publique qui nous concernent toutes et tous et de l’attachement porté par l’ensemble de la collectivité nationale à la cathédrale Notre-Dame de Paris, nous appelons chacune et chacun d’entre vous à prendre quelques secondes de votre temps et à signer avec nous cette pétition adressée au gouvernement français et au président de la République.

Signer la pétition

Premiers Signataires :

  • Association des Familles Victimes du Saturnisme (AFVS),
  • Association Henri Pézerat,
  • Robin des bois,
  • Fédération DAL,
  • Ban Asbestos France,
  • Fédération Nationale des salariés de la construction, du bois et de l’ameublement CGT (FNSCBA-CGT),
  • Syndicat National des Monuments Historiques CGT (SNMH-CGT),
  • Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD),
  • Association française des malades de la thyroïde (AFMT),
  • Association française d’aide et de défense des personnes atteintes d’hypersensibilité chimique multiple (SOS MCS),
  • Collectif cantine sans plastique,
  • Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternités de proximité,
  • Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages (E3M),
  • France Assos Santé,
  • Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR),
  • Indecosa CGT,
  • Jeunes Médecins,
  • Priartem/électrosensibles France,
  • Réseau Environnement Santé (RES),
  • Stop aux cancers de nos enfants,
  • Union des Familles Laïques (UFAL) Paris,
  • Union départementale CGT de Paris,
  • WECF France.
    et :
  • Renaud Bécot, maître de conférences en histoire (Sciences Po Grenoble), président du Réseau universitaire de chercheur.e.s en histoire environnementale (le Ruche)
  • Jean-Michel Belorgey, conseiller d’État honoraire
  • Paul Blanquart, philosophe et sociologue
  • Fabienne Doroy, ancienne inspectrice du travail
  • Camille Louis, dramaturge, autrice de La conspiration des enfants (2021)
  • Anne Querrien, sociologue-urbaniste, ex-directrice des Annales de la Recherche Urbaine, ex-représentante de la France dans le réseau européen urban-net.
  • Judith Rainhorn, professeur des universités, autrice de Blanc de plomb, histoire d’un poison légal (2019)
  • Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire Inserm, chercheur associée au laboratoire IRIS/GISCOP93/GISCOP84
image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.